vendredi 11 avril 2014

Ainsi fut le vingtième festival Chant'Appart...

Sous la plume “d’un modeste bénévole de Chant’Appart ”, le blog Nos Enchanteurs  tirait le bilan de la dix-huitième édition du Festival : “Dimanche après-midi, à la Roche-sur-Yon en Vendée, une petite salle près d’un hypermarché fermé, un quartier désert avant que tout ne s’anime par près de 250 personnes qui s’entassent pour le final du festival Chant’Appart  2012.”
 

Deux ans plus tard, dans un  environnement  qui n’a pas changé, trois familles d’accueillants assurent la logistique dans la maison de quartier de Saint-André, tout autant enthousiastes que “l’équipe d’une  trentaine de fous ou de passionnés (à chacun de choisir)” … réunie  autour du président de l’association Chants-Sons.

Ce 6 avril donc, dernier jour du vingtième festival Chant’Appart.  Un final en fête avec  le trio Des Fourmis dans les Mains venu du Beaujolais en co-plateau avec le nantais Rimo, rejoints par Bastien Moh, Lucie et Etienne du groupe Appel d’Air pour  un bœuf qui a permis aux neuf artistes d’échanger instruments et places devant les micros.

 

“Un point final (avant l’année prochaine) à plus de deux mois de chansons dans tous les coins et recoins des Pays de la Loire : des spectacles dans des salons et des garages, dans des châteaux et des hôpitaux, des lycées, des structures pour personnes handicapées, des maisons de retraite… Partout où la chanson peut s’insinuer, s’immiscer. Deux mois de découverte ou de re-découverte, de communion avec un public qu’on ignore souvent. Des artistes qui se rencontrent, qui rencontrent ces accueillants qui ouvrent leur maison, qui rencontrent des spectateurs, des spectateurs qui se rencontrent au buffet convivial de fin de concert. Bref, deux mois de rencontres (c’est le maître mot) dans 80 lieux avec, cette année, 27 groupes et artistes, plus de 140 concerts (en général deux par lieu) et près de 8000 spectateurs.
C’est de là, de ces coins de province, par tous les bénévoles de l’Hexagone, de cette France qu’on dit d’en-bas quand on n’y est pas, que la chanson, la vraie, peut vivre.”


ils sont venus dans les Chant'Appart...