mercredi 16 septembre 2015

Le matin il s'éveillait en chantant...

 

Comment parler aujourd'hui de Guy Béart  sans paraphraser ce que Jean-Louis Barrault écrivait en couverture de l'album Le beau Miroir paru en 1981?

“Guy Béart s'apparente aux poètes de la Renaissance.
Humanistes et libertaires, ils savaient se faire légers sans rien perdre de leur profondeur, pour pénétrer partout, les lieux et les cœurs.
Ses thèmes sont de notre temps avec ses inquiétudes, ses tourbillons et ses espérances. La réalité et le rêve, la lucidité et l'espoir, la vérité, la satire, le pamphlet, le message et l'humour... et l'amour, la générosité, le refus de la médiocrité, l'idéal...Cela donne la palette la plus étendue et peut-être la plus originale de la chanson française contemporaine.
Toujours authentique et en même temps surprenant, mystérieux même, à l'image de “ce monde en litige, en chambardement", qu'il chante en gardant l'espérance folle, il se remet sans cesse en question et repart à zéro. Quelles que soient les couleurs du temps et ses colères, Guy Béart est tonique, il va de l'avant à l'aventure et sa gaieté nous aide à vivre.
Anticonformiste par essence, sans masque, sans étiquette, sans caricature d'aucune sorte, son visage finira par se dissoudre derrière ses chansons qui deviendront peut-être demain celles d'un “Anonyme du XXe siècle”, car elles font à la fois partie du succès de notre temps et du folklore de l'avenir.”




ils sont venus dans les Chant'Appart...